En effet, notre auteur du jour avance souvent masqué sur le net. Ce n’est pourtant ni par timidité, ni par refus d’assumer ses convictions. Son activité de cyber-activiste libéral l’oblige, selon lui, à en fait naviguer en eaux troubles, tel l’hippopotame, animal qu’il affectionne particulièrement, pour d’obscures raisons que personne n’a d’ailleurs jamais réellement comprises.

Les blocages de compte facebook ou blacklistages des sites internet des médias français si neutres et indépendants sont hélas souvent le lot de ceux qui dénoncent le système établi… Peut-être alors est-il nécessaire de brièvement le présenter ?

Au lycée, une demi-heure à une journée portes ouvertes lui font renoncer à Sciences-Po, son incapacité stupéfiante à appréhender les sciences mathématiques lui ferme les portes des filières universitaires économiques. Bon, finalement ce sera cheval.

Enseignant, cavalier, salarié puis indépendant et enfin gérant de centre équestre, avec sa femme, également professionnelle du cheval, il fera le tour du métier. Rincé physiquement et financièrement après plusieurs années sans se salarier pour 10 à 12 heures de travail tous les jours de la semaine (qui en compte 365 – jours), il tourne la page en 2008, jurant de ne plus jamais ouvrir de société en France.

Si sa femme continue à enseigner en indépendante, en plus de son activité de photographe, Gilles se réoriente vers la gestion immobilière locative, activité familiale depuis plusieurs générations (des koulaks en somme).

Après avoir goûté au bonheur de l’entreprenariat en Flance, il redécouvre les délices de la gestion locative et le nouveau statut du propriétaire foncier, l’hyper-ponctionné qui va bientôt être achevé par la gauche, après avoir été crucifié par les socialistes de droite . Cette dernière expérience de paillasson du modèle social flançais est celle de trop qui sonne le réveil de la Bête .

Il a de suite été séduit par le projet de La Main Invisible, tant le fond que la forme. Le concept-même du collectif, qui n’est que virtuel mais pourtant si réel, est tout à fait le genre d’aventures qu’il affectionne. Son article « Production Personnelle de Cannabis » illustre combien il a de cordes à son arc et combien celui-ci est tendu vers toutes les formes de liberté !

Peu importe son activité professionnelle, après sa famille, son principal souci sera la promotion des idées libérales, et plus que tout le combat contre ces maladies mortelles et contagieuses que sont l’étatisme et le socialisme. Plus que jamais, l’heure est au regroupement libre d’individus libres pour faire avancer nos idées. C’est dans cette optique qu’il s’est aussi engagé dans la création de l’Union des Libéraux, dont certains fondateurs sont aussi impliqués (mais toujours en toute indépendance ) dans la dynamique du collectif La Main Invisible.

La Main Invisible
72, Rue Gambetta AvonFR77210 France 
 • 000-000-0000

Tags