Christophe Ozimek, auteur de Libres !

Voici mon tour, Christophe Ozimek, je suis juriste de formation et responsable production en devenir. J’ai toujours été libéral sans forcément le savoir. Mes convictions politiques et philosophiques se portant sur des notions de travail, de responsabilité, c’est tout naturellement que je me suis intéressé à ce courant politique à travers les lectures de Bastiat, Hayek ou encore Rothbard.

Souvent, pour ne pas dire toujours passionné par la chose publique, je me suis rapproché des nombreux libéraux grâce à internet, ce qui m’a permis de rejoindre l’équipe de « Libres ! ». Avec tout à la fois passion, enthousiasme et une certaine forme d’appréhension – serai-je à la (h)auteur de la tâche ?

Etant plutôt proche du courant minarchiste et ayant une formation de juriste centrée autour de la notion de contrat, c’est avec joie que j’ai accepté d’écrire un article relatif au « Droit Punisseur » et plus précisément au droit pénal.

Cet article se veut à la croisée des chemins entre le droit et le minarchisme, ce qui sied donc parfaitement à mon cheminement intellectuel actuel.

Ancien membre d’Alternative Libérale, rédacteur de brèves sur le site Contrepoints, j’essaie autant que possible de développer les idées libérales, de procéder à une pédagogie nécessaire afin de faire éclore, en France, cette notion si galvaudée qu’est la Liberté.

La Main Invisible
72, Rue Gambetta AvonFR77210 France 
 • 000-000-0000

Guillaume Nicoulaud, auteur de Libres !

Guillaume Nicoulaud est né à Marseille un beau jour d’un joli mois de 1975. Un peu par hasard mais aussi parce que sa maman l’y poussait, il a entreprit des études d’économie et rarement le hasard n’avait aussi bien fait les choses : de simple étudiant, il est devenu passionné.

Pour Guillaume, qui est devenu entre-temps gérant de portefeuille, l’étude des phénomènes économiques est devenue non seulement une activité professionnelle mais aussi un véritable hobby qui lui permet, chaque jour un peu plus, de constater la justesse des intuitions des libéraux classiques français et des théories de l’école autrichienne d’économie.

Au début, perplexe quant au projet de Libres !, il avoue volontiers être impressionné par le travail effectué et par la mobilisation que ce projet a suscité chez les quelques libéraux que compte encore la France. Nous lui devons néanmoins et bien heureusement deux pages forts inspirées sur « L’Honneur des Entrepreneurs », un sujet fort d’actualité.

Marié et père de trois enfants, il est revenu s’installer à Marseille après une grosse décennie dans la capitale et y goûte avec délice le plaisir inestimable de vivre au bord de la Méditerranée et à proximité de ceux qui lui sont chers.

 

Georges Kaplan, auteur de Libres !

Georges Kaplan ne s’appelle – de toute évidence – pas vraiment Georges Kaplan puisque Georges Kaplan est un leurre.

Né en 1975 dans une grande ville du sud de la France qui fût autrefois prospère grâce à son port, Georges Kaplan a principalement quatre centres d’intérêts dans la vie : sa famille, la musique, les bateaux (à voile) et l’économie.

Ceux qui le connaissent considèrent Georges Kaplan comme un « libéral chimiquement pur » qui, pour l’essentiel, s’inscrit dans la tradition de la pensée libérale classique française et celle de l’école autrichienne d’économie.

Le libéralisme, chez ce Kaplan-là, c’est plus qu’une philosophie ou une conception de la vie en société, c’est un sacerdoce ! Alors naturellement, quand on lui a proposé de participer à Libres !, il ne pouvait qu’obtempérer et affûter sa plume, pour nous produire un « Assoiffés de Pouvoir » fort bien aiguisé.

Dans la vrai vie, il gagne honnêtement sa vie sur les marchés financiers et passe le temps (et ses nerfs) en publiant des articles sur son blog, Causeur.fr et Contrepoints.org.

Alphonse Crespo, auteur de Libres !

Chirurgien orthopédiste suisse, Alphonse Crespo est l’auteur d’Esculape Foudroyé (Les Belles Lettres, 1991) et le fondateur de Médecine et Liberté, réseau de médecins et économistes libéraux. Il est également vice-président de l’Institut Libéral de Genève où il préside le comité scientifique du “Cercle de philosophie politique Benjamin Constant”.

Après une première découverte fortuite d’Ayn Rand vers l’âge de 18 ans, Alphonse Crespo s’est engagé instinctivement sur les chemins de la liberté. La rencontre de pèlerins sur la même route lui permettra de s’imprégner de Mises, Rothbard, Spooner, Milton & David Friedman et autres sources anglo-saxonnes du libéralisme moderne.

Ceci avant de constater qu’avec Benjamin Constant, Bastiat, Belloc ou Bertrand de Jouvenel, la pensée libérale se nourrit également de puissantes racines francophones.

Médecin, Alphonse Crespo a souligné par ses écrits, les liens fondamentaux qui unissent la pensée Hippocratique à la liberté des marchés de la Grèce antique. Il a également exposé les erreurs conceptuelles qui condamnent à terme nos systèmes collectivistes de santé et a été au-delà en proposant le retour vers un mandat thérapeutique centré sur le patient et qui respecte la liberté individuelle.

Séduit par les concept de « Libres ! », projet hors-normes de diffusion des idées libérales, Alphonse Crespo a choisi d’aborder dans son article « La Désobéissance Civile » le thème du devoir moral de désobéissance aux dictats ou aux lois qui violent les libertés fondamentales.

La soumission n’est en effet jamais une obligation morale mais relève en dernière analyse de la volonté de chaque individu.

Frédéric Vanderplancke, auteur de Libres !

Frédéric Vanderplancke, 36 ans, marié et père de 2 enfants, a voté pour la 1ère fois en 1995 pour être élu conseiller municipal dans le village de ses parents. Les désillusions ne tardent pas ; alors représentant du village au syndicat intercommunal des transports scolaires, on lui explique que le Conseil Général finance presque la totalité des coûts et donc décide de tout, et juste après, tous s’empressent de voter la 1ere résolution: la rémunération du président de ce syndicat inutile…

Après quelques années à l’UDF, c’est véritablement avec Alternative Libérale que son engagement libéral commence. En 2007, il est candidat AL aux élections législatives dans le Lot, une circonscription connue pour ses moutons, son vin et une administration pléthorique. Il rate la députation à moins de 36 000 voies … avec un score de 0.42%. « Rarement un candidat peut remercier ses électeurs un par un ».

Depuis, il n’a cessé de lire des ouvrages d’auteurs Libéraux, et avoue avoir été bouleversé par la « Grève » d’Ayn Rand.

Participer au projet « Libres ! » était pour lui une évidence, et son article sur « Les Délocalisations » fait un excellent travail de vulgarisation sur ce sujet évident pour un libéral mais si peu pour nos politiques.

Diplômé du Master en Administration des Entreprises de l’IAE de Nice, il parcourt l’Amérique du Nord pour une entreprise Aveyronnaise. Puis, en 2007, il créé son entreprise en cumulant une activité de conseil. En 2011, le jouet se casse et dès l’apparition des symptômes d’un burn-out, il file à Chicago 3 mois pour se refaire une santé mentale.

Il y suit notamment la campagne de Ron Paul, pour qui il avoue avec une grande admiration, « En France, Ron Paul est caricaturé, c’est dommage, son message devrait pourtant plaire aux Français, s’ils prenaient la peine de dépasser leurs préjugés. »

Aujourd’hui revenu en France, il occupe les fonctions d’ingénieur commercial pour un groupe Suédois, termine une formation d’arbitre de Football Américain, sport qu’il pratique depuis un an et vous aurez des chances de le croiser les week-ends sur un terrain de golf.

«C’est facile pour me trouver au golf, je suis celui qui cherche sa balle dans les buissons à 10 m des départs. »

Jean François Nimsgern, auteur de Libres !

Agé de 41 ans, cela fait près d’un quart de siècle que Jean François Nimsgern, auteur de Libres !, se définit comme libertarien anarcho-capitaliste. C’est en 1988 qu’il découvrit ce courant de pensée, dans des circonstances assez particulières : intéressé depuis son plus jeune âge par les questions politiques, il participait alors à la campagne présidentielle de Raymond Barre, lorsqu’un autre militant lui prêta le “Manifeste Libertarien” de Murray Rothbard – mais qui est cet autre militant salvateur…???

L’enthousiasme fut immédiat : lui qui aimait autant la liberté qu’il détestait le collectivisme trouvait là un système de pensée complet et cohérent conciliant les deux. A une époque où le chanteur Renaud disait être “anarcho-mitterrandiste”, il fut sans doute l’un des rares “anarcho-barristes” de France.

Si la partie “barriste” s’estompa bien vite, son adhésion à l’anarcho-capitalisme se renforça par la lecture d’auteurs comme Walter Block ou David Friedman, dont le “Vers une société sans Etat” reste sa référence.

Partant du principe qu’on ne combat bien l’ennemi qu’en le connaissant, il fit son droit, et se spécialisa notamment en droit fiscal. Cependant, un tel esprit libre ne pouvait s’épanouir que dans l’entrepreneuriat.

Une brève aventure en France lui fit comprendre que ce système n’était définitivement pas pour lui, et, n’ayant plus personne à qui donner avec joie son bulletin de vote, il décida de voter avec ses pieds. Après bien des aventures, il est actuellement installé en Belgique.

Infatigable propagateur des idées libertariennes, c’est tout naturellement qu’il fut l’un des premiers à rejoindre l’équipe des auteurs du projet “Libres !“, où il traite du délicat et controversé sujet de La Peine de Mort.

“Libres !” représente un formidable outil pour faire découvrir la vraie philosophie de la liberté, loin de la sinistre caricature qu’en font politiques et médias, et à ce titre, il est particulièrement fier d’avoir pu y participer.

Jean-Louis Caccomo, auteur de Libres !

Divorcé et père de trois enfants, Jean-Louis Caccomo est maître de conférences en sciences économiques à l’Institut d’Administration des Entreprises (I.A.E) de l’université de Perpignan. En consacrant sa thèse aux théories économiques de l’innovation, il est tombé sur l’œuvre de Schumpeter puis le courant autrichien de l’économie, grâce auquel il a pu renouer avec l’école libérale française classique.

Depuis ce jour, il a développé à la fois une réflexion théorique sur les conditions du développement et de la croissance tout en cherchant à appliquer les concepts liés aux théories de l’innovation. Ainsi, depuis qu’il est installé à Perpignan, il a développé des études et des recherches en économie du tourisme, donnant lieu à la publication d’un manuel, de nombreux articles et des missions à l’étranger (Maroc, Thaïlande, Syrie, Algérie, Ukraine…).

Comme il ne saurait y avoir de tourisme et de voyages sans liberté, il a trouvé dans ce champ un formidable terrain d’application pour ses idées, souvent méprisées par le milieu académique français.

Mais, avec ses « chroniques en liberté » en ligne depuis plusieurs années, c’est aussi un économiste militant, inlassable défendeur de la liberté et de la pédagogie de l’économie, dont l’enseignement officiel est savamment cadré et formaté par une pensée unique au service d’un endoctrinement antilibéral. Son article sur « L’Inculture Économique des Français » dans Libres ! s’inscrit d’ailleurs totalement dans cette logique et ces faits bien malheureux.

C’est enfin un passionné de musique, pratiquant la guitare électrique et le piano. C’est dans le jazz qu’il a retrouvé cette dialectique de liberté. Tout comme la recherche qui nécessite de connaitre ses grands classiques et de pratiquer ses gammes pour parfaire sa technique, l’improvisation nous permet de sortir des sentiers battus pour créer, innover et découvrir de nouveaux territoires.

Mais l’improvisation, ce n’est pas faire n’importe quoi tout comme la liberté n’est pas l’anarchie. Encore une fois, il faut intérioriser des règles fondamentales pour conquérir la liberté, ce qui nécessite beaucoup de travail et d’humilité. En cela, création artistique et recherche scientifique suivent des chemins parallèles.

Vincent Bénard, auteur de Libres !

Ingénieur de formation, Vincent Bénard aurait pu (plus) mal tourner : sans vraie référence politique à la fin de ses études, il commença sa carrière comme fonctionnaire (bigre !) au ministère de l’équipement et syndicaliste FO, ce qui ne le prédisposait guère à devenir auteur de “Libres !” 22 ans plus tard.

Fort heureusement pour son équilibre mental, son parcours l’amena très vite à réfléchir sur les incohérences du discours étatiste porté par ces deux institutions. C’est un haut fonctionnaire – désabusé ! – qui lui fit découvrir les critiques libérales de la bureaucratie, ce qui l’incita à approfondir ses lectures d’auteurs libéraux classiques ou contemporains.

Il découvrit alors, loin de l’image caricaturale qui en était donnée par les médias, une pensée libérale incroyablement riche osant bousculer les paradigmes dominants de l’administration française, et offrant des réponses lumineuses à toutes les problématiques que nos institutions semblent incapables de résoudre.

Devenu ingénieur-économiste autodidacte en analysant les effets pervers de nombreuses lois interventionnistes sur les prix de ce que nous consommons, il créa en 2003 un blog, “Objectif Liberté”, avec comme objectif de restituer au public, en termes aussi simples que possible, sans oublier une dose d’humour, l’apprentissage du libéralisme qu’il avait lui même effectué quelques années auparavant.

Ce travail de vulgarisation lui valut d’être remarqué par l’Institut Turgot, pour lequel il rédigea une étude (puis un livre [1]) analysant l’ensemble des distorsions publiques empêchant le marché du logement de fonctionner correctement, sujet de son article pour “Libres !”, Foncier réglementé, familles mal logées.

Il fut aussi une des principales voix françaises à oser mettre en cause le rôle de l’état américain dans une crise financière trop facilement imputée aux seuls grands méchants marchés, et a dénoncé les ravages de la connivence entre grandes puissances financières et états [2].

Go Vincent, Go! La liberté n’attend (toujours) pas !

[1] “Logement, Crise Publique, Remèdes privés”, disponible gratuitement en PDF
[2] Notamment dans l’ouvrage “Foreclosure-Gate”, paru en 2011

 

Alain Genestine, auteur de Libres !

Alain Genestine, 55 ans est né à Paris, est divorcé et a 2 enfants – mais surtout, il est l’auteur du dernier article de Libres ! (#100) !

Entrepreneur, Alain a su construire une carrière importante au sein du domaine industriel automobile, en France puis aux USA. Puis l’essentiel n’étant pas uniquement de gagner pas mal d’argent, envie de voyager, voire d’innover, de se dire qu’il a fait un truc de la vie, la famille à créer fut une priorité. Départ du côté de Bordeaux, le Médoc et ses vins. Le bien être des enfants, puis quelque peu rentier, découvrir ses réels “talents” cachés, comme la peinture, voire la philosophie, l’écriture… La gestion d’un hébergement touristique, un domaine, passion oenologique, histoire du vin…

L’expérience et les contacts conduisent à différentes présidences d’association, sportive, sociale, syndicale, niveau local comme régional… Actuellement en rebond financier et matériel, il travaille à la création d’une société sur le thème de la vente de vin (restaurant et boudoir).

Question engagement libéral, Alain a été VP d’Alternative Libérale, chargé de l’Université libérale, et de la programmique du Mouvement. Fondateur du Comité Montesquieu sur Bordeaux, blogueur politique avec le site Lumières et Liberté, il est aussi VP de l’Union des Libéraux (en cours)

Mais la vie est une grande leçon d’humilité…

Bruno Levy, auteur de Libres !

Bruno Levy essaye d’être un libre penseur. La liberté est ce que nous avons de plus précieux. Il a décidé d’apporter sa contribution à sa défense en France où elle lui semble de plus en plus décriée, si ce n’est menacée, voir bafouée.

Bruno est un libéral autodidacte, puisqu’il s’est presque formé tout seul, à la lecture des grands auteurs libéraux.

Libre penseurNous dirons « presque », car il a eu la chance de suivre un cours de philosophie politique donné par Jean Pierre Dupuy il y a plus de vingt ans à l’ école polytechnique, cours qui l’a fortement marqué et lui a donné le goût de connaître et d’approfondir les grands auteurs de philosophie politique.

Ses opinions sont maintenant fortement démarquées de celles de Dupuy, mais il lui est encore reconnaissant pour le regard neuf qu’il a enseigné à poser sur les grands sujets comme l’autonomie, la convivialité, la liberté, regard qui a nourri son libéralisme.

Une de ses ambitions est de faire le lien entre les théories de l’innovation sur lesquelles il travaille professionnellement et la praxéologie de Mises.

Bruno Levy nous a fait dans Libres ! le don d’un article superbe et généreux, « Libéralisme et Pauvreté », où s’exprime son grand intérêt pour les autres, pour le libéralisme comme moyen de régler la misère sur cette Terre…